AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 jane doe (wyare)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

frog fonda ★

Messages : 219
Date d'inscription : 13/07/2010

MessageSujet: jane doe (wyare)   Dim 2 Déc - 22:20

pieces of infinity. ☾ (jane)



jane “bambi” doe
lately i wonder what it’s like to taste your lips.
who i am

nom complet - t’es anonyme. une inconnue au bataillon. tout le monde et personne à la fois. jane doe, c’est comme ça qu’on t’appelle depuis presque toujours. la sans-famille, l’enfant perdu dans une jungle de civilisation. fut un temps où t’avais un nom de famille, un vrai. mais il a fini aux oubliettes le jour où ta génitrice, ta chair, ton sang t’a trahie. sinon t’es aussi connue comme bambi, ton alter ego, parfois synonyme des ténèbres ternissant ton âme solaire. âge et lieu de naissance - il semblerait que tu sois née à chicago un jour d’été, au beau milieu du mois de juin. tu sais pas à quel point c’est vrai, ta mère était probablement pétée, mais t’aimes à croire que t’as vu le jour le 18 juin, il y a de cela vingt-et-un ans. nationalité/origines - ta junkie de mère, que t’as renié juste qu’au plus profond de ta chair, est du coin. chicago born & raised, baby. t’as jamais connu ton père, alors qui sait ce qui coule en ton sang. t’es américaine, du 100% local, c’est tout.  métier/occupation - t’as jamais eu l’argent pour faire des études, et même si t’es maline et intelligente, t’étais clairement pas dans les petits papiers de l’administration pour obtenir une bourse. alors t’as fait comme les autres jeunes dans ta situation : t’as fait au mieux. tu voles quand tu peux, et comme c’est pas une situation très stable ça, voleuse aux délicieux tours de passe passe, tu joues les barmaids jusqu'au bout de la nuit. situation financière - tu vas pas te mentir, c'est pas facile. t'essaies de te sortir de cette vie de merde, mais la société fait pas de cadeaux aux gens comme toi. t'as des rêves hauts en couleur, mais la réalité te fait bien trop souvent mordre la poussière, les dents sur le bitume. situation familiale - t'as clairement pas gagné à la loterie familiale. ta mère est une junkie en manque les trois quarts du temps, elle t'a pas vraiment élevée et n'en a jamais rien eu à foutre de toi. ton père est sans nom, sans visage, sans identité. un mec de passage entre ses cuisses, tu parles d'une figure paternelle. aucun frère, aucune soeur de qui prendre soin. juste toi. seulement toi. statut civique - tu papillonnes, pas prête de te caser. la vie est trop courte, tu ne vas pas t'embarasser d'une étiquette, d'une seule bouche à embrasser, d'un seul corps à explorer. tu comptes bien profiter de chaque seconde de cette chienne de vie. orientation sexuelle - t'as jamais essayé de brancher une fille et ça t'a jamais donné l'envie. les mecs, par contre, c'est une autre histoire. tu ne sembles jamais être rassasiée de leurs corps brûlants contre le tien. traits de caractères - t’es une vraie boule d’énergie, un système solaire à toi toute seule. tes malheurs, tu les balaies d’un sourire, même s’ils sont jamais très loin de la surface. tu bouillonnes, t’as le sang chaud. force impétueuse, fougue passionnante et passionnée, tu ne fais pas les choses à moitié. t’es pétillante bambi, dieu que t’es solaire. t’es une rêveuse de la première heure, une idéaliste à qui on a coupé les ailes, les pieds collés au sol. ta nature, elle est bienveillante, elle est douce. mais cette vie de merde t’a forcée à jouer son jeu, à coup de manipulation et de charmes. des fois, tu sais plus où est la réalité et où est la comédie. peut-être bien que t’es un peu des deux, finalement t’aimes bien jouer. et puis t’es fière, bambi, t’es indépendante. u don’t need no man, même si leur compagnie t’est vitale. t’y peux rien si tu te sens vivante quand t’es au centre de l’attention. t’aimes pas rester seule, t’aimes pas devoir faire face aux pensées qui t’envahissent. parce qu’au fond, t’as peur bambi, t’es effrayée. effrayée du monde qui t’entoure, de ces vautours. c’est pas ta faute si t’arrive pas à t’investir dans une relation, c’est pas ta faute. t’es insouciante et malicieuse parce que c’est plus simple d’oublier. même si t’oublies jamais vraiment. alors tu caches, t’es devenue douée avec tes secrets. t’es qui bambi ? groupe - tinder. avatar - courtney eaton. crédits - pinterest.

tell me more, tell me more

l’âme littéraire. t’as grandi dans un taudis, un appart minuscule où tu voyais quasiment jamais la lumière du jour. t’as toujours su que c’était un monde de merde, que si tu voulais avoir ta place, il fallait te la faire toi-même. alors t’as tout fait pour y arriver. toi, t’aimais bien aller à l’école. ta génitrice n’existait plus dans ces moments-là, t’avais soif d’apprendre et hâte de t’en sortir. quand t’as appris à lire, c’est devenu ton échappatoire, les mots berçant ton existence, créant une réalité alternative, plus douce, plus belle. on dit que t’as une jolie plume, que tu sais manier les mots, mais ça veut dire quoi au fond ? ça veut dire quoi quand on te balance à la gueule que tu pourras jamais faire d’études de toute façon ? c'est bien joli les mots, mais y a un moment où ça suffit plus.
les pieds et poings liés. t’es une poupée en plastique qu’on utilise avant de jeter, sans plus de reconnaissance que pour un mouchoir en papier usagé. tu ouvres les cuisses à la demande, des papiers verts glissent sous les doigts de ta génitrice, précieux sésame doré. t’as plus de conscience propre, plus de volonté. t’es plus qu’un pantin désarticulé, seulement t’es moins bien traitée. t’as envie de la tuer ta putain de mère, qu’elle crève d’une overdose bien calculée. t’as même pas quatorze ans que tu vois défiler les obsédés, qu’on ne t’entend plus hurler, qu’on ne te voit plus pleurer. que tu veux tout voir s'arrêter.
la jungle civilisée. t’es devenue gamine des rues, t’as pas tenu, t’as pas voulu tenir le coup. t’as pris l’habitude pourtant, t’as fini par aimer ça, la chaleur de leur peau contre la tienne. mais tu veux plus qu’on t’impose, tu veux vivre ta vie, être libre de choisir quels corps étreindre. ta mère peut bien crever, t’en seras la première ravie. on ne te verra plus auprès d’elle, on ne te verra pas à ses funérailles le jour où le gramme de trop coulera dans son sang. t’as fugué, t’es partie. de jane foster t’es devenue jane doe. t’erres dans les rues sans but. enfant perdue, t’essaies de trouver ton pays imaginaire. et faute de trouver peter pan, tu tombes sur le capitaine crochet. tu bois ses douces paroles, carnassier dissimulé, et sans comprendre ce qui t’arrive, tu te fais enrôler. t'as vendu ton âme au diable, bambi.
les mains dans le cambouis. ta nouvelle famille, c’est pas des rigolos, mais au moins ils assurent tes arrières. c’est toujours mieux que ce que tu viens de quitter. en même temps, c’est pas compliqué. t’es leur nouvelle recrue, la plus jeune aussi. t’es limite plus une mascotte qu’autre chose, mais ça t’es égal, au moins ils ont l’air de t’apprécier pour c’que t’es. ils t’apprennent tout, mais toi t’es pas une violente, même si tu sais te battre. tu préfères la subtilité, les coups bas, mais bien calculés. ton repère, ta maison, c’est ce garage au coin de la rue. les mains dans le cambouis, littéralement. tu joues les mécanos un temps, en rentrant des cours parce que ça, tu veux pas laisser tomber. mais c’est l’administration qui te met dehors le jour où tu peux plus payer.
le lapin dans le chapeau. pendant un temps, t'as pas d’endroit à toi, tu crashes sur le canapé au fond du garage. payer un loyer, c’est juste pas possible, trouver un logement à ton âge encore moins. alors pour avoir un peu de fric sans être violente, tu commences à voler. tu te fais chopper plein de fois au début, mais t'apprends petit à petit ce que tu dois faire pour rester libre. c’est en regardant un show de magie que t’as le déclic. tours de passe passe et autres illusions, la magie s’infiltre en toi pour ne faire plus qu’une seule personne, vrai maître des distorsions. manipulation, charme, tout est au service de cet art qui te permet de te disparaître quand ça te chante.
l’encre dans la peau. d'abord, les aiguilles dessinent une couronne, rite de passage derrière ton oreille gauche. t'es jeune quand ça arrive la première fois, t'as peur, t'as mal. mais tu montres rien, parce que t'es forte, bambi. puis t'y prends goût, tu aimes ces fines courbes noires sur ta peau. alors tu retournes plusieurs fois sur le divan, offrant de nouvelles oeuvres à ton corps. cachées sous l'encre virevoltante, des cicatrices de mégots de cigarette, souvenirs de ta putain de mère. tu vas pas la laisser gagner, elle n'a plus d'emprise sur toi.
la douce rêverie. t'as assez vu ta mère se détruire pour ne pas tomber toi aussi dans les addictions. tu touches à rien de cette merde, ni alcool, ni drogue. t'as mieux à faire, t'as un monde à faire danser, un monde à faire tourner. et même si on te verra jamais boire, t'es devenue la reine dans le domaine. tu les connais tous, ces doux poisons qui glissent le long de l'oesophage des clients trop occupés à reluquer les courbes dénudées des danseuses pour remarquer que tu coupes toutes leurs boissons avec de l'eau tout en les surtaxant sur la facture de sortie. la lumière tamisée des alcoves favorise les douces rêveries, mais toi tu gardes les pieds sur terre dans ce monde corrompu.
une voix stellaire. mille et une étoiles dans les yeux, de toutes les formes, de toutes les couleurs possibles et imaginables. t'envies parfois les danseuses au rythme déchaîné, la liberté dans leurs mouvements, la douce ivresse de la danse au bord des lèvres. t'aimerais aussi connaître ce sentiment qui semble les habiter une fois sur scène, tout oublier, jusqu'à ton prénom. mais toi, c'est le chant qui t'enivre, qui te fait tourner la tête. la voix vibrante, à la fois antique et naissante, une sensualité rauque à faire dresser les poils sur la peau. t'oseras jamais demander des faveurs à asa, t'es barmaid, pas une artiste. et pourtant, ce rêve de te produire sur la scène du club naît et grandit en toi.
les étreintes sauvages. tu connais pas l'amour, le vrai. t'as grandi sans modèle, tu crois pas aux belles histoires dans les films ou dans les livres. la vraie vie, c'est en chier au quotidien et se réfugier dans des bras réconfortants pour avoir un peu de chaleur humaine. le coeur sans attache, tu te crois pas digne d'une relation sérieuse. alors t'enchaîne les coups d'un soir, les étreintes éphémères, pour récolter un peu de tendresse et d'attention. tu vis pour ces yeux emplis de désir quand ils se posent sur toi. éternelle amante, jamais tu seras numéro un dans le coeur de quelqu'un.
les faiblesses dissimulées. t'as toujours le sourire aux lèvres bambi, t'es un vrai soleil pour les autres. à un point qu'on pourrait croire que rien ne t'atteint jamais. éternelle optimiste, t'as ce don pour croire en autrui alors que t'as pas une très haute opinion de toi-même. parce qu'au fond, sous ces sourires lumineux et ces jolis mots, les ténèbres ont fait main basse sur ta sanité. t'es persuadée que tout ira bien pour le reste du monde, que toi tu te relèveras jamais complètement. t'es effrayée bambi, t'es fragile. ta force apparente n'est que vile masquarade, t'as l'impression que tu pourrais voler en éclats à tout instant. et pourtant tu tiens bon. tu te donnes pas assez de crédits, t'as tout en toi pour réussir. tu fermes juste les yeux, coincée dans ton déni.

behind the scene

pseudo/prénom - toujours chuu, toujours cora. âge/localisation - ça n'a pas changé non plus. :hihi: avis sur le forum -  :crazy:  où l'avez-vous connu - bazz'.  pré-lien / inventé ? - inventé.  commentaire ? - j'vous aime les loulous !  :coeur:  
Code:
[b]courtney eaton[/b] - jane doe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chuu-testeur.forumactif.com
avatar

frog fonda ★

Messages : 219
Date d'inscription : 13/07/2010

MessageSujet: Re: jane doe (wyare)   Dim 2 Déc - 22:21

AVATAR + (C) : eaton, morrigan (ava), sial (signa).
ALTER EGO : charlie.
ÂGE : t'as vieilli trop tôt, trop vite. ton enfance t'a été arrachée, ton innocence effacée, alors que t'as à peine vingt-et-un ans.
JOB OR STUDIES : tu voles, tu subtilises subtilement. la magie est ton art, que tu mets au profit de chapardages occasionnels. mais pour être sûre de payer tes factures à la fin du mois, tu joues les barmaids au club.
CÔTÉ CŒUR : tu aimes à l'infini, tu ne saurais te caser pour l'instant, papillonnant éternellement.
PRÉFÉRENCE : le regard profond d'un homme te fera toujours fondre, c'est à travers leurs baisers tendres et leurs étreintes torrides que tu te sens vivre.








( infinite fragility )
you are eons of evolution,
billions of atoms, stardust,
compressed light, my love,
where you close tight & ache,
open.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chuu-testeur.forumactif.com
 

jane doe (wyare)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chuu - Testeur :: ONCE UPON A TIME :: Apgujung ★-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit