AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 jane doe (wyare + murphys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chuu

frog fonda ★

Messages : 241
Date d'inscription : 13/07/2010

jane doe (wyare + murphys) Empty
MessageSujet: jane doe (wyare + murphys)   jane doe (wyare + murphys) EmptyDim 2 Déc - 22:20

pieces of infinity. ☾ (jane)



jane “bambi” doe
lately i wonder what it’s like to taste your lips.
who i am

nom complet - t’es anonyme. une inconnue au bataillon. tout le monde et personne à la fois. jane doe, c’est comme ça qu’on t’appelle depuis presque toujours. la sans-famille, l’enfant perdu dans une jungle de civilisation. fut un temps où t’avais un nom de famille, un vrai. mais il a fini aux oubliettes le jour où ta génitrice, ta chair, ton sang t’a trahie. sinon t’es aussi connue comme bambi, ton alter ego, parfois synonyme des ténèbres ternissant ton âme solaire. âge et lieu de naissance - il semblerait que tu sois née à chicago un jour d’été, au beau milieu du mois de juin. tu sais pas à quel point c’est vrai, ta mère était probablement pétée, mais t’aimes à croire que t’as vu le jour le 18 juin, il y a de cela vingt-et-un ans. nationalité/origines - ta junkie de mère, que t’as renié juste qu’au plus profond de ta chair, est du coin. chicago born & raised, baby. t’as jamais connu ton père, alors qui sait ce qui coule en ton sang. t’es américaine, du 100% local, c’est tout.  métier/occupation - t’as jamais eu l’argent pour faire des études, et même si t’es maline et intelligente, t’étais clairement pas dans les petits papiers de l’administration pour obtenir une bourse. alors t’as fait comme les autres jeunes dans ta situation : t’as fait au mieux. tu voles quand tu peux, et comme c’est pas une situation très stable ça, voleuse aux délicieux tours de passe passe, tu joues les barmaids jusqu'au bout de la nuit. situation financière - tu vas pas te mentir, c'est pas facile. t'essaies de te sortir de cette vie de merde, mais la société fait pas de cadeaux aux gens comme toi. t'as des rêves hauts en couleur, mais la réalité te fait bien trop souvent mordre la poussière, les dents sur le bitume. situation familiale - t'as clairement pas gagné à la loterie familiale. ta mère est une junkie en manque les trois quarts du temps, elle t'a pas vraiment élevée et n'en a jamais rien eu à foutre de toi. ton père est sans nom, sans visage, sans identité. un mec de passage entre ses cuisses, tu parles d'une figure paternelle. aucun frère, aucune soeur de qui prendre soin. juste toi. seulement toi. statut civique - tu papillonnes, pas prête de te caser. la vie est trop courte, tu ne vas pas t'embarasser d'une étiquette, d'une seule bouche à embrasser, d'un seul corps à explorer. tu comptes bien profiter de chaque seconde de cette chienne de vie. orientation sexuelle - t'as jamais essayé de brancher une fille et ça t'a jamais donné l'envie. les mecs, par contre, c'est une autre histoire. tu ne sembles jamais être rassasiée de leurs corps brûlants contre le tien. traits de caractères - t’es une vraie boule d’énergie, un système solaire à toi toute seule. tes malheurs, tu les balaies d’un sourire, même s’ils sont jamais très loin de la surface. tu bouillonnes, t’as le sang chaud. force impétueuse, fougue passionnante et passionnée, tu ne fais pas les choses à moitié. t’es pétillante bambi, dieu que t’es solaire. t’es une rêveuse de la première heure, une idéaliste à qui on a coupé les ailes, les pieds collés au sol. ta nature, elle est bienveillante, elle est douce. mais cette vie de merde t’a forcée à jouer son jeu, à coup de manipulation et de charmes. des fois, tu sais plus où est la réalité et où est la comédie. peut-être bien que t’es un peu des deux, finalement t’aimes bien jouer. et puis t’es fière, bambi, t’es indépendante. u don’t need no man, même si leur compagnie t’est vitale. t’y peux rien si tu te sens vivante quand t’es au centre de l’attention. t’aimes pas rester seule, t’aimes pas devoir faire face aux pensées qui t’envahissent. parce qu’au fond, t’as peur bambi, t’es effrayée. effrayée du monde qui t’entoure, de ces vautours. c’est pas ta faute si t’arrive pas à t’investir dans une relation, c’est pas ta faute. t’es insouciante et malicieuse parce que c’est plus simple d’oublier. même si t’oublies jamais vraiment. alors tu caches, t’es devenue douée avec tes secrets. t’es qui bambi ? groupe - tinder. avatar - courtney eaton. crédits - pinterest.

tell me more, tell me more

l’âme littéraire. t’as grandi dans un taudis, un appart minuscule où tu voyais quasiment jamais la lumière du jour. t’as toujours su que c’était un monde de merde, que si tu voulais avoir ta place, il fallait te la faire toi-même. alors t’as tout fait pour y arriver. toi, t’aimais bien aller à l’école. ta génitrice n’existait plus dans ces moments-là, t’avais soif d’apprendre et hâte de t’en sortir. quand t’as appris à lire, c’est devenu ton échappatoire, les mots berçant ton existence, créant une réalité alternative, plus douce, plus belle. on dit que t’as une jolie plume, que tu sais manier les mots, mais ça veut dire quoi au fond ? ça veut dire quoi quand on te balance à la gueule que tu pourras jamais faire d’études de toute façon ? c'est bien joli les mots, mais y a un moment où ça suffit plus.
les pieds et poings liés. t’es une poupée en plastique qu’on utilise avant de jeter, sans plus de reconnaissance que pour un mouchoir en papier usagé. tu ouvres les cuisses à la demande, des papiers verts glissent sous les doigts de ta génitrice, précieux sésame doré. t’as plus de conscience propre, plus de volonté. t’es plus qu’un pantin désarticulé, seulement t’es moins bien traitée. t’as envie de la tuer ta putain de mère, qu’elle crève d’une overdose bien calculée. t’as même pas quatorze ans que tu vois défiler les obsédés, qu’on ne t’entend plus hurler, qu’on ne te voit plus pleurer. que tu veux tout voir s'arrêter.
la jungle civilisée. t’es devenue gamine des rues, t’as pas tenu, t’as pas voulu tenir le coup. t’as pris l’habitude pourtant, t’as fini par aimer ça, la chaleur de leur peau contre la tienne. mais tu veux plus qu’on t’impose, tu veux vivre ta vie, être libre de choisir quels corps étreindre. ta mère peut bien crever, t’en seras la première ravie. on ne te verra plus auprès d’elle, on ne te verra pas à ses funérailles le jour où le gramme de trop coulera dans son sang. t’as fugué, t’es partie. de jane foster t’es devenue jane doe. t’erres dans les rues sans but. enfant perdue, t’essaies de trouver ton pays imaginaire. et faute de trouver peter pan, tu tombes sur le capitaine crochet. tu bois ses douces paroles, carnassier dissimulé, et sans comprendre ce qui t’arrive, tu te fais enrôler. t'as vendu ton âme au diable, bambi.
les mains dans le cambouis. ta nouvelle famille, c’est pas des rigolos, mais au moins ils assurent tes arrières. c’est toujours mieux que ce que tu viens de quitter. en même temps, c’est pas compliqué. t’es leur nouvelle recrue, la plus jeune aussi. t’es limite plus une mascotte qu’autre chose, mais ça t’es égal, au moins ils ont l’air de t’apprécier pour c’que t’es. ils t’apprennent tout, mais toi t’es pas une violente, même si tu sais te battre. tu préfères la subtilité, les coups bas, mais bien calculés. ton repère, ta maison, c’est ce garage au coin de la rue. les mains dans le cambouis, littéralement. tu joues les mécanos un temps, en rentrant des cours parce que ça, tu veux pas laisser tomber. mais c’est l’administration qui te met dehors le jour où tu peux plus payer.
le lapin dans le chapeau. pendant un temps, t'as pas d’endroit à toi, tu crashes sur le canapé au fond du garage. payer un loyer, c’est juste pas possible, trouver un logement à ton âge encore moins. alors pour avoir un peu de fric sans être violente, tu commences à voler. tu te fais chopper plein de fois au début, mais t'apprends petit à petit ce que tu dois faire pour rester libre. c’est en regardant un show de magie que t’as le déclic. tours de passe passe et autres illusions, la magie s’infiltre en toi pour ne faire plus qu’une seule personne, vrai maître des distorsions. manipulation, charme, tout est au service de cet art qui te permet de te disparaître quand ça te chante.
l’encre dans la peau. d'abord, les aiguilles dessinent une couronne, rite de passage derrière ton oreille gauche. t'es jeune quand ça arrive la première fois, t'as peur, t'as mal. mais tu montres rien, parce que t'es forte, bambi. puis t'y prends goût, tu aimes ces fines courbes noires sur ta peau. alors tu retournes plusieurs fois sur le divan, offrant de nouvelles oeuvres à ton corps. cachées sous l'encre virevoltante, des cicatrices de mégots de cigarette, souvenirs de ta putain de mère. tu vas pas la laisser gagner, elle n'a plus d'emprise sur toi.
la douce rêverie. t'as assez vu ta mère se détruire pour ne pas tomber toi aussi dans les addictions. tu touches à rien de cette merde, ni alcool, ni drogue. t'as mieux à faire, t'as un monde à faire danser, un monde à faire tourner. et même si on te verra jamais boire, t'es devenue la reine dans le domaine. tu les connais tous, ces doux poisons qui glissent le long de l'oesophage des clients trop occupés à reluquer les courbes dénudées des danseuses pour remarquer que tu coupes toutes leurs boissons avec de l'eau tout en les surtaxant sur la facture de sortie. la lumière tamisée des alcoves favorise les douces rêveries, mais toi tu gardes les pieds sur terre dans ce monde corrompu.
une voix stellaire. mille et une étoiles dans les yeux, de toutes les formes, de toutes les couleurs possibles et imaginables. t'envies parfois les danseuses au rythme déchaîné, la liberté dans leurs mouvements, la douce ivresse de la danse au bord des lèvres. t'aimerais aussi connaître ce sentiment qui semble les habiter une fois sur scène, tout oublier, jusqu'à ton prénom. mais toi, c'est le chant qui t'enivre, qui te fait tourner la tête. la voix vibrante, à la fois antique et naissante, une sensualité rauque à faire dresser les poils sur la peau. t'oseras jamais demander des faveurs à asa, t'es barmaid, pas une artiste. et pourtant, ce rêve de te produire sur la scène du club naît et grandit en toi.
les étreintes sauvages. tu connais pas l'amour, le vrai. t'as grandi sans modèle, tu crois pas aux belles histoires dans les films ou dans les livres. la vraie vie, c'est en chier au quotidien et se réfugier dans des bras réconfortants pour avoir un peu de chaleur humaine. le coeur sans attache, tu te crois pas digne d'une relation sérieuse. alors t'enchaîne les coups d'un soir, les étreintes éphémères, pour récolter un peu de tendresse et d'attention. tu vis pour ces yeux emplis de désir quand ils se posent sur toi. éternelle amante, jamais tu seras numéro un dans le coeur de quelqu'un.
les faiblesses dissimulées. t'as toujours le sourire aux lèvres bambi, t'es un vrai soleil pour les autres. à un point qu'on pourrait croire que rien ne t'atteint jamais. éternelle optimiste, t'as ce don pour croire en autrui alors que t'as pas une très haute opinion de toi-même. parce qu'au fond, sous ces sourires lumineux et ces jolis mots, les ténèbres ont fait main basse sur ta sanité. t'es persuadée que tout ira bien pour le reste du monde, que toi tu te relèveras jamais complètement. t'es effrayée bambi, t'es fragile. ta force apparente n'est que vile masquarade, t'as l'impression que tu pourrais voler en éclats à tout instant. et pourtant tu tiens bon. tu te donnes pas assez de crédits, t'as tout en toi pour réussir. tu fermes juste les yeux, coincée dans ton déni.

behind the scene

pseudo/prénom - toujours chuu, toujours cora. âge/localisation - ça n'a pas changé non plus. :hihi: avis sur le forum -  :crazy:  où l'avez-vous connu - bazz'.  pré-lien / inventé ? - inventé.  commentaire ? - j'vous aime les loulous !  :coeur:  
Code:
[b]courtney eaton[/b] - jane doe


Dernière édition par chuu le Ven 29 Mar - 23:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chuu-testeur.forumactif.com
chuu

frog fonda ★

Messages : 241
Date d'inscription : 13/07/2010

jane doe (wyare + murphys) Empty
MessageSujet: Re: jane doe (wyare + murphys)   jane doe (wyare + murphys) EmptyDim 2 Déc - 22:21

AVATAR + (C) : eaton, morrigan (ava), sial (signa).
ALTER EGO : charlie.
ÂGE : t'as vieilli trop tôt, trop vite. ton enfance t'a été arrachée, ton innocence effacée, alors que t'as à peine vingt-et-un ans.
JOB OR STUDIES : tu voles, tu subtilises subtilement. la magie est ton art, que tu mets au profit de chapardages occasionnels. mais pour être sûre de payer tes factures à la fin du mois, tu joues les barmaids au club.
CÔTÉ CŒUR : tu aimes à l'infini, tu ne saurais te caser pour l'instant, papillonnant éternellement.
PRÉFÉRENCE : le regard profond d'un homme te fera toujours fondre, c'est à travers leurs baisers tendres et leurs étreintes torrides que tu te sens vivre.








( infinite fragility )
you are eons of evolution,
billions of atoms, stardust,
compressed light, my love,
where you close tight & ache,
open.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chuu-testeur.forumactif.com
chuu

frog fonda ★

Messages : 241
Date d'inscription : 13/07/2010

jane doe (wyare + murphys) Empty
MessageSujet: Re: jane doe (wyare + murphys)   jane doe (wyare + murphys) EmptyVen 29 Mar - 23:26





jane “bambi” doe

lately i wonder what it’s like to taste your lips.
nom, prénom(s) ◇ t’es anonyme. une inconnue au bataillon. tout le monde et personne à la fois. jane doe, c’est comme ça qu’on t’appelle depuis presque toujours. la sans-famille, l’enfant perdu dans une jungle de civilisation. fut un temps où t’avais un nom de famille, un vrai. mais il a fini aux oubliettes le jour où ta génitrice, ta chair, ton sang t’a trahie. sinon t’es aussi connue comme bambi, ton alter ego, parfois synonyme des ténèbres ternissant ton âme solaire. âge, lieu de naissance ◇ il semblerait que tu sois née à birmingham un jour de printemps, au beau milieu du mois d'avril. tu sais pas à quel point c’est vrai, ta mère était probablement pétée, mais t’aimes à croire que t’as vu le jour le 18 avril, il y a de cela vingt ansorigines, nationalité ◇ ta junkie de mère, que t’as renié juste qu’au plus profond de ta chair, est du coin. birmingham born & raised, baby. t’as jamais connu ton père, alors qui sait ce qui coule en ton sang. t’es anglaise, du 100% local, c’est tout. statut civil, orientation ◇  tu papillonnes, pas prête de te caser. la vie est trop courte, tu ne vas pas t'embarasser d'une étiquette, d'une seule bouche à embrasser, d'un seul corps à explorer. tu comptes bien profiter de chaque seconde de cette chienne de vie. t'as jamais essayé de brancher une fille et ça t'a jamais donné l'envie. les mecs, par contre, c'est une autre histoire. tu ne sembles jamais être rassasiée de leurs corps brûlants contre le tien. occupation ◇ t’as jamais eu l’argent pour faire des études, et même si t’es maline et intelligente, t’étais clairement pas dans les petits papiers de l’administration pour obtenir une bourse. alors t’as fait comme les autres jeunes dans ta situation : t’as fait au mieux. tu voles quand tu peux, et comme c’est pas une situation très stable ça, voleuse aux délicieux tours de passe passe, tu joues les escorts jusqu'au bout de la nuit au red lion. en ville depuis ◇ t'as fuit ta ville natale y a presque un an maintenant. tu fais encore parfois des cauchemars de ta vie d'avant, pourtant t'es désormais loin de ceux qui se sont joués de toi. traits de caractères ◇ t’es une vraie boule d’énergie, un système solaire à toi toute seule. tes malheurs, tu les balaies d’un sourire, même s’ils sont jamais très loin de la surface. tu bouillonnes, t’as le sang chaud. force impétueuse, fougue passionnante et passionnée, tu ne fais pas les choses à moitié. t’es pétillante bambi, dieu que t’es solaire. t’es une rêveuse de la première heure, une idéaliste à qui on a coupé les ailes, les pieds collés au sol. ta nature, elle est bienveillante, elle est douce. mais cette vie de merde t’a forcée à jouer son jeu, à coup de manipulation et de charmes. des fois, tu sais plus où est la réalité et où est la comédie. peut-être bien que t’es un peu des deux, finalement t’aimes bien jouer. et puis t’es fière, bambi, t’es indépendante. u don’t need no man, même si leur compagnie t’est vitale. t’y peux rien si tu te sens vivante quand t’es au centre de l’attention. t’aimes pas rester seule, t’aimes pas devoir faire face aux pensées qui t’envahissent. parce qu’au fond, t’as peur bambi, t’es effrayée. effrayée du monde qui t’entoure, de ces vautours. c’est pas ta faute si t’arrive pas à t’investir dans une relation, c’est pas ta faute. t’es insouciante et malicieuse parce que c’est plus simple d’oublier. même si t’oublies jamais vraiment. alors tu caches, t’es devenue douée avec tes secrets. t’es qui bambi ? groupe ◇ smiling, parce que t'as choisi de détourner les yeux et d'espérer. pas parce que tu as oublié. avatar, crédits ◇ courtney eaton, pinterest (icons).

jane doe (wyare + murphys) E4a2d5ae5dceabcbba02b02bc64a53c3
BORN TO DIE
l’âme littéraire. t’as grandi dans un taudis, un appart minuscule où tu voyais quasiment jamais la lumière du jour. t’as toujours su que c’était un monde de merde, que si tu voulais avoir ta place, il fallait te la faire toi-même. alors t’as tout fait pour y arriver. toi, t’aimais bien aller à l’école. ta génitrice n’existait plus dans ces moments-là, t’avais soif d’apprendre et hâte de t’en sortir. quand t’as appris à lire, c’est devenu ton échappatoire, les mots berçant ton existence, créant une réalité alternative, plus douce, plus belle. on dit que t’as une jolie plume, que tu sais manier les mots, mais ça veut dire quoi au fond ? ça veut dire quoi quand on te balance à la gueule que tu pourras jamais faire d’études de toute façon ? c'est bien joli les mots, mais y a un moment où ça suffit plus. les pieds et poings liés. t’es une poupée en plastique qu’on utilise avant de jeter, sans plus de reconnaissance que pour un mouchoir en papier usagé. tu ouvres les cuisses à la demande, des papiers verts glissent sous les doigts de ta génitrice, précieux sésame doré. t’as plus de conscience propre, plus de volonté. t’es plus qu’un pantin désarticulé, seulement t’es moins bien traitée. t’as envie de la tuer ta putain de mère, qu’elle crève d’une overdose bien calculée. t’as même pas treize ans que tu vois défiler les obsédés, qu’on ne t’entend plus hurler, qu’on ne te voit plus pleurer. que tu veux tout voir s'arrêter. la jungle civilisée. t’es devenue gamine des rues, t’as pas tenu, t’as pas voulu tenir le coup. t’as pris l’habitude pourtant, t’as fini par aimer ça, la chaleur de leur peau contre la tienne. mais tu veux plus qu’on t’impose, tu veux vivre ta vie, être libre de choisir quels corps étreindre. ta mère peut bien crever, t’en seras la première ravie. on ne te verra plus auprès d’elle, on ne te verra pas à ses funérailles le jour où le gramme de trop coulera dans son sang. t’as fugué, t’es partie. de jane foster t’es devenue jane doe. t’erres dans les rues sans but. enfant perdue, t’essaies de trouver ton pays imaginaire. et faute de trouver peter pan, tu tombes sur le capitaine crochet. tu bois ses douces paroles, carnassier dissimulé, et sans comprendre ce qui t’arrive, tu te fais enrôler. t'as vendu ton âme au diable, bambi. les mains dans le cambouis. ta nouvelle famille, c’est pas des rigolos, mais au moins ils assurent tes arrières. c’est toujours mieux que ce que tu viens de quitter. en même temps, c’est pas compliqué. t’es leur nouvelle recrue, la plus jeune aussi. t’es limite plus une mascotte qu’autre chose, mais ça t’es égal, au moins ils ont l’air de t’apprécier pour c’que t’es. ils t’apprennent tout, mais toi t’es pas une violente, même si tu sais te battre. tu préfères la subtilité, les coups bas, mais bien calculés. ton repère, ta maison, c’est ce garage au coin de la rue. les mains dans le cambouis, littéralement. tu joues les mécanos un temps, en rentrant des cours parce que ça, tu veux pas laisser tomber. mais c’est l’administration qui te met dehors le jour où tu peux plus payer. le lapin dans le chapeau. pendant un temps, t'as pas d’endroit à toi, tu crashes sur le canapé au fond du garage. payer un loyer, c’est juste pas possible, trouver un logement à ton âge encore moins. alors pour avoir un peu de fric sans être violente, tu commences à voler. tu te fais chopper plein de fois au début, mais t'apprends petit à petit ce que tu dois faire pour rester libre. c’est en regardant un show de magie que t’as le déclic. tours de passe passe et autres illusions, la magie s’infiltre en toi pour ne faire plus qu’une seule personne, vrai maître des distorsions. manipulation, charme, tout est au service de cet art qui te permet de te disparaître quand ça te chante. l’encre dans la peau. d'abord, les aiguilles dessinent une couronne, rite de passage derrière ton oreille gauche. t'es jeune quand ça arrive la première fois, t'as peur, t'as mal. mais tu montres rien, parce que t'es forte, bambi. puis t'y prends goût, tu aimes ces fines courbes noires sur ta peau. alors tu retournes plusieurs fois sur le divan, offrant de nouvelles oeuvres à ton corps. cachées sous l'encre virevoltante, des cicatrices de mégots de cigarette, souvenirs de ta putain de mère. tu vas pas la laisser gagner, elle n'a plus d'emprise sur toi. la seconde chance. t'as couru sans te retourner, t'as fuit birmingham et la peste qui s'abattait sur toi. t'as ouvert les yeux sur la dure réalité et son sourire carnassier, t'as compris que tu peux compter que sur toi-même. maître des illusions désabusée, tu ne tomberas plus dans le panneau. pourtant, celui portant les lettres de ta nouvelle destination te susurre l'envie d'un renouveau. la douce rêverie. t'as assez vu ta mère se détruire pour ne pas tomber toi aussi dans les addictions. tu touches à rien de cette merde, ni alcool, ni drogue. t'as mieux à faire, t'as un monde à faire danser, un monde à faire tourner. et même si on te verra jamais boire, t'es devenue la reine dans le domaine. tu les connais tous, ces doux poisons qui glissent le long de l'oesophage des clients trop occupés à reluquer tes courbes dénudées pour remarquer qu'on leur coupe toutes leurs boissons avec de l'eau tout en les surtaxant sur la facture de sortie. la lumière tamisée des alcoves favorise les douces rêveries, mais toi tu gardes les pieds sur terre dans ce monde corrompu. une voix stellaire. mille et une étoiles dans les yeux, de toutes les formes, de toutes les couleurs possibles et imaginables. t'envies parfois les danseuses au rythme déchaîné, la liberté dans leurs mouvements, la douce ivresse de la danse au bord des lèvres. t'aimerais aussi connaître ce sentiment qui semble les habiter une fois sur scène, tout oublier, jusqu'à ton prénom. mais toi, c'est le chant qui t'enivre, qui te fait tourner la tête. la voix vibrante, à la fois antique et naissante, une sensualité rauque à faire dresser les poils sur la peau. t'oseras jamais demander des faveurs à arthur, t'es escort, pas une artiste. et pourtant, ce rêve de te produire sur la scène du club naît et grandit en toi. les étreintes sauvages. tu connais pas l'amour, le vrai. t'as grandi sans modèle, tu crois pas aux belles histoires dans les films ou dans les livres. la vraie vie, c'est en chier au quotidien et se réfugier dans des bras réconfortants pour avoir un peu de chaleur humaine. le coeur sans attache, tu te crois pas digne d'une relation sérieuse. alors t'enchaîne les coups d'un soir, les étreintes éphémères, pour récolter un peu de tendresse et d'attention. tu vis pour ces yeux emplis de désir quand ils se posent sur toi. éternelle amante, jamais tu seras numéro un dans le coeur de quelqu'un. les faiblesses dissimulées. t'as toujours le sourire aux lèvres bambi, t'es un vrai soleil pour les autres. à un point qu'on pourrait croire que rien ne t'atteint jamais. éternelle optimiste, t'as ce don pour croire en autrui alors que t'as pas une très haute opinion de toi-même. parce qu'au fond, sous ces sourires lumineux et ces jolis mots, les ténèbres ont fait main basse sur ta sanité. t'es persuadée que tout ira bien pour le reste du monde, que toi tu te relèveras jamais complètement. t'es effrayée bambi, t'es fragile. ta force apparente n'est que vile masquarade, t'as l'impression que tu pourrais voler en éclats à tout instant. et pourtant tu tiens bon. tu te donnes pas assez de crédits, t'as tout en toi pour réussir. tu fermes juste les yeux, coincée dans ton déni.

YOUNG AND BEAUTIFUL
pseudo, prénom / chuu, aka cora(line). âge / vingt-huit ans (sobs). localisation / suisse. où avez vous trouver le forum / bazzart. présence / autant que possible.  :littleheart: avis et plus / le forum est magnifique, exactement ce que je cherchais pour faire renaître ma petite jane. :cuties: personnage / inventé & pré-lien d'@"arthur ridley". :exciting:
Code:
<pris>COURTNEY EATON</pris> ⟡ <pse>@"jane doe"</pse>



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chuu-testeur.forumactif.com
chuu

frog fonda ★

Messages : 241
Date d'inscription : 13/07/2010

jane doe (wyare + murphys) Empty
MessageSujet: Re: jane doe (wyare + murphys)   jane doe (wyare + murphys) EmptyVen 29 Mar - 23:27





CHASE YOUR STARS FOOL, LIFE IS SHORT.

une vie importe-t-elle plus qu'une autre ? t'as l'impression de te poser cette question depuis des années. quand t'étais petite et que ta mère te forçait à te prostituer. quand tu t'es enfuie de ton domicile et que t'as fini dans la rue. quand tu t'es mise à voler pour survivre. quand t'as rejoint un gang pour avoir un minimum de protection. t'as toujours eu ce sentiment que la vie s'acharne contre toi, que t'auras beau tenter tout ce que tu veux, ta misérable existence vaudra moins que celle d'autres personnes. c'est comme ça, t'as fini par t'y faire. mais aujourd'hui, la question brûle à nouveau tes lèvres alors que des larmes s'arrachent à tes yeux et coulent le long de tes joues. aujourd'hui, t'as un flingue dans les mains et un autre braqué sur ta tempe. aujourd'hui, on te demande de mettre fin aux jours d'un homme, implorant pitié juste devant toi. aujourd'hui, c'est ta vie contre celle d'un autre. tu comprends pas comment les choses ont pu en arriver là. comment t'as pu être aussi aveugle face à ceux qui se disaient être ta famille, un vrai agneau dans une meute de loups. mais tu peux pas. tu peux pas faire ce qu'on te demande. t'as jamais été violente, tu l'as toujours revendiqué. tu préfères perdre la vie plutôt qu'ôter celle de quelqu'un. tu sens le regard perçant de ton bourreau posé sur toi, ses lèvres retroussées en un sourire sadique. alors tu murmures non, tu ne le feras pas. il ne se passe pas une seconde avant qu'un coup de feu ne retentisse et que tu ne sentes un liquide chaud couler le long de ton visage. pourtant, tu respires toujours, ton coeur ne s'est pas arrêté de battre. tu regardes le corps devant toi s'écrouler au sol, un cri coincé au fond de ta gorge. aujourd'hui ta vie a été épargnée bambi. mais tu sais que la prochaine fois, c'est toi qui y passeras.

t'as compris que ta vie, aussi misérable peut-elle te paraître, vaut la peine d'être vécue. t'as plus une minute à perdre, tu dois quitter la ville qui t'a vu naître si tu veux avoir la chance de recommencer à zéro. t'as que quelques billets dans les poches, mais ça te suffit pour payer un autobus vers le sud. aussi loin qu'il pourra t'amener. sans un regard en arrière, tu vois l'horizon d'un nouvel avenir se profiler devant toi. et lorsqu'un panneau indiquant hill head apparaît dans ta fenêtre, tu sens en toi qu'il est temps de te donner une seconde chance.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chuu-testeur.forumactif.com
chuu

frog fonda ★

Messages : 241
Date d'inscription : 13/07/2010

jane doe (wyare + murphys) Empty
MessageSujet: Re: jane doe (wyare + murphys)   jane doe (wyare + murphys) EmptyVen 29 Mar - 23:29

https://i.imgur.com/YD0W3CU.png

https://i.imgur.com/5poGd5D.png

∴ AGE : t'as vieilli trop tôt, trop vite. ton enfance t'a été arrachée, ton innocence effacée, alors que t'as à peine vingt ans.
∴ STATUT CIVIL : tu aimes à l'infini, tu ne saurais te caser pour l'instant, papillonnant éternellement.
∴ OCCUPATION : tu voles, tu subtilises subtilement. la magie est ton art, que tu mets au profit de chapardages occasionnels. mais pour être sûre de payer tes factures à la fin du mois, tu joues les escorts au red lion.
∴ ADRESSE : 77 solent road.

https://www.pinterest.ch/chuumandarine/mood-bambi/

https://i.imgur.com/hifQQAU.png
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chuu-testeur.forumactif.com
chuu

frog fonda ★

Messages : 241
Date d'inscription : 13/07/2010

jane doe (wyare + murphys) Empty
MessageSujet: Re: jane doe (wyare + murphys)   jane doe (wyare + murphys) EmptyVen 29 Mar - 23:29

le cadre est idyllique : une villa de taille modeste dans le quartier cossu de cliff road. les protagonistes, eux, ne sont pas aussi glorieux... A (prénom au choix) a investi contre son gré cette maison trop chère pour lui pour les beaux yeux de sa copine de longue date, socialite preppy de la bourgeoisie londonienne. mais l'amour s'en est allé et la belle s'est envolée avec perte et fracas (la raison est au choix : elle peut être partie à l'autre bout du monde vivre une passion plus importante que sa relation, l'avoir quitté pour un autre, avoir tout bonnement disparu un matin ou tout ce que tu veux selon la dose de drama qui te plaira), laissant A bien démuni dans une baraque trop grande, trop chère. installé avec son frère jumeau, B (prénom au choix), secrètement ravi de ce coup du sort, l'éconduit enragé publie une annonce pour se maintenir à flots et conserver cette maison comme dernier rempart d'un passé nébuleux, de sa vie foutue en l'air. alma et jane, collègues et amies, postulent ensemble et emménagent il y a tout juste quatre mois, bientôt suivies par un voire deux personnages max.
si sur le papier, une villa en bord de mer a de quoi faire rêver, la réalité est moins idyllique entre un A irascible et malheureux, un B retors et manipulateur et deux filles aux mystères bien trop vaporeux pour ne pas mettre le feu aux poudres.

idées personnages en plus : si vous souhaitez prendre part à ce joyeux bordel pour toujours plus de drama, on avait pensé à un couple en perdition, le genre passionnel, toujours en train de se déchirer, de rompre, de se faire souffrir, se rendre jaloux, se manquer, se désirer. par exemple, la nana (ou le mec) pourrait craquer sur l'un des mecs de la coloc, un coup de coeur inconséquent qui conduirait le mec (ou la meuf) à passer gentiment à l'acte avec un-e autre de la coloc. sinon, on avait imaginé un-e héritier-e déchu-e suite à la peine de prison de papa le financier. le genre imbuvable, bien fuckboy, à se plaindre un peu, à prendre de haut beaucoup et à croire que naturellement, le monde tourne autour de son divin nombril. sinon, viens comme tu es et on avise ensemble, l'essentiel étant de bien entrelacer les liens interdépendants dans un bordel sans nom.

[♂] PRÉNOM AU CHOIX, MÊME NOM DE FAMILLE QUE B., entre 22 et 28 au choix (le même âge que B.), emploi au choix mais il l'a sans doute quitté, célibataire □ libre.
A c'est le sale gosse devenu sage et rangé, perdu à nouveau dans les abysses. élève turbulent, canaille et bagarreur, il préférait séduire les filles et fait rire les copains plutôt que de se construire un avenir. jusqu'à ce qu'il la rencontre, elle, la fille qui a tout changé. case très tôt, rangé bien vite et éloigné des conneries de son frère (qu'il partageait jusqu'alors), la vie de A semblait toute tracée : une jolie nana dévouée, la confiance en des sentiments éternels et une place de choix au sein d'une belle-famille fortunée, prête à lui offrir l'élévation sociale impensable pour un môme de rien. depuis cette rupture brutale, douloureuse, A crève de douleur et de solitude et ruine méticuleusement la route qu'il a mis des années à paver grâce aux combines de son frère. il sort chaque soir ou presque, s'enivre et noie son mal-être dans les filles qu'il traite mal. perpétuellement en colère pour calfeutrer le chagrin raillé gaiement par son frangin, A est une bombe à retardement chaque jour plus proche de la détonation. c'est pas un mauvais gars, ça pourrait même être un type bien mais il a décidé qu'agir décemment pour se prendre des mandales dans la gueule, ça ne valait pas le coup.
suggestions d'avatars --/ viens comme tu es, comme tu veux, comme tu le sens. (de préférence, la même tête que b.)
à noter --/ la relation avec son frère jumeau est clairement malsaine. B est la seule personne qu'il ne rejette pas, reconnaissant de son soutien, alors qu'il est pourtant le seul désireux de l'enfoncer plus loin dans son mal-être. c'est couple dominant/dominé où la mauvaise influence de l'un déteint sur l'autre, qui ne réalise pas l'étendue de la machination. avec bien entendu, bien plus de nuances et de complexité que ce que je suis en train de (mal) décrire. pour les autres liens, c'est à discuter ensemble : j'imaginais qu'alma pouvait dangereusement ressembler (physiquement) à cette fameuse ex, ce qui lui donnerait des envies folles. se la taper. ou la taper, ça dépend des moments, dans une attraction ambivalente difficile à gérer, tension à couper au couteau et toussa. évidemment, il ne voulait pas d'elle comme colocataire à la base mais B., percevant le potentiel de nuisance à engendrer, a suffisamment feint une attraction inexistante pour le pousser à céder. et avec jane, selon feeling mutuel et tutti quanti, ça sent le potentiel de ship, la fille à la fois cool et tout feu tout flamme qui parvient parfois à lui décrocher des rares sourires ou des répliques moins assassines. elle pourrait prendre une grande place dans sa vie, petit à petit, ce qui offrirait à la belle une attention toute particulière de la part de B., jamais loin lorsqu'il s'agit de conduire un travail de sape visant à maintenir son jumeau sous sa coupe. (mais je vous laisse comploter ensemble par mp #otp?).

[♂] PRÉNOM AU CHOIX, MÊME NOM DE FAMILLE QUE A., entre 22 et 28 ans au choix (le même âge que A.), emploi au choix mai rien de très légal ou reluisant (il aurait pu entamer des études prestigieuses mais abandonner par envie de fric facile), célibataire □ libre.
B., c'est un frustré. désespérément envieux de tout ce que les autres ont et qu'il ne possède pas, il a la fureur de vie et l'aigreur au bord des lèvres. c'est le gosse qui avait des rêves plein la tête, une ambition démesurée, une soif de fric et de reconnaissance et qui n'a jamais réussi à accomplir sa glorieuse destinée. par manque de fonds, d'opportunités et peut-être aussi de vision car s'il est redoutable, fin manipulateur et opportuniste de talent, les connaissances élémentaires, scolaires, n'ont jamais été son fort. une vaine perte de temps, selon lui. jaloux de la réussite d'autrui, que sa personnalité dominante devrait lui conférer, il n'a jamais digéré d'avoir été trahi par son propre jumeau. de leader de leur duo, le voilà relégué au second plan face à une gonzesse blindée, ascenseur jusqu'au sommet qu'il visait. mauvaise graine, mauvaises fréquentations, B. se distingue néanmoins par une façade policée, une gouaille charmante et une faculté immédiate à se faire apprécier du plus grand nombre, à l'inverse de son frère... jusqu'à ce qu'il t'enfume. réalisateur du film de sa vie, où tous les autres ne sont que des pions à sacrifier, il s'amuse à guider ses acteurs pour mieux servir ses intérêts (à vous de voir où il en est dans la criminalité, où est son but, etc) sans témoigner d'une grande empathie, derrière les sourires couteaux. si A. est le feu qui brûle aussi bien qu'il réchauffe, il est la glace si froide, si invulnérable, qu'elle te crame à son tour sans la voir venir.
suggestions d'avatars --/ viens comme tu es, comme tu veux, comme tu le sens. (de préférence, la même tête que b.)
à noter --/ la relation avec son frère jumeau est clairement malsaine. loin de l'aider à aller mieux, à rebondir, B. fait en sorte de l'enfoncer toujours plus, avec un doigté doucereux et une patience infinie (l'une de ses qualités) afin de retrouver sur son frère l'ascendant que sa conne de copine avait osé lui voler. car il l'aime, A., c'est aussi la raison pour laquelle il agit ainsi : pour redonner à leur relation l'éclat d'antan. son jumeau est l'une des rares personnes à lui arracher plus qu'une indifférence molle, muée bien vite en un jeu de dupes où il devient qui tu veux qu'il soit, jusqu'à ce que tu ne lui serves plus. il l'aime oui, mais il l'aime à sa place. le lien avec jane tiendra beaucoup à l'évolution du lien A/Jane, mais si on se dirige vers du ship épique... B. sera là pour s'assurer que ça n'arrive pas. jane n'imagine pas le carnassier qui se cache derrière la fausse prévenance : il se montre sous son meilleur jour pour l'éloigner de son frère, devient exactement qui elle aimerait qu'A. soit et il est fort probable qu'il parvienne à ses fins (plus tard, on peut tout aussi imaginer qu'il joue de leur ressemblance physique pour se faire littéralement passer pour A. avec jane comme en général, fais-toi plaiz'). avec alma, les relations sont plus complexes. ils sont deux faces d'une même pièce : elle aussi ment et manipule, lit aisément à travers les cages thoraciques. mais là où il cherche la domination, sa propre satisfaction, alma devient d'autres soit par survie, pour ne pas laisser un drame personnel la détruire au reste, soit pour apaiser d'autres âmes. il n'y a aucune malveillance chez elle et c'est leur différence la plus notable. la raison qui ferait qu'il aurait bien envie de fouiller du côté de cet ersatz de lui-même jusqu'à bousiller les fondations friables (ouais, c'est flou, mes idées sont mortes yakoi ???? on développera ensemble).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chuu-testeur.forumactif.com
chuu

frog fonda ★

Messages : 241
Date d'inscription : 13/07/2010

jane doe (wyare + murphys) Empty
MessageSujet: Re: jane doe (wyare + murphys)   jane doe (wyare + murphys) EmptyVen 29 Mar - 23:29



- scène une -

acteurs : @"arthur ridley", @"mj keswick", @"jane doe" & @"alma diaz"
lieu : solent road, le red lion.
thème audio : audiomachine, triumph and loss.
ça devait être une soirée normale. la fête qui bat son plein et le rendement, idéal. sauf que le vent s'est mis à souffler et les grêlons, à vous agresser. tout le monde s'est barré, y'a plus une âme pour vous sauver. y'a que les murs du red lion qui menacent de s'effondrer. et c'est ce qui est arrivé. sur le point de se barrer, arthur et alma entendent des voix s'élever, des au secours désespérés. ils sont dans la pièce principale et derrière le bar, c'est la porte de la réserve qui semble les appeler. cette même porte par laquelle mj et jane ont tenté de s'échapper. sauf que le plafond n'a pas résisté et leur route, il a barré. y'a une poutre qui s'est effondrée, une étagère qu'elle a emporté dans sa course qui, sur la jambe gauche de mj s'est écrasée. p't'être que l'os est brisé, p't'être qu'il n'y a rien d'cassé mais c'qui est sûr, c'est que c'est bien la douleur qui la fait hurler. une seconde poutre qui empêche la fuite en arrière vers le bar et jane, effrayée, incapable de libérer seule son associée. il pleut à travers le toit délabré et y'a plus que leurs cris pour alerter arthur et alma, sains et saufs de l'autre côté. la porte qu'il vous reste à enfoncer.







-------------------------------------------------------------------



Le vent s'est engouffré, y a les âmes égarées qui se sont barrées et le bruit du verre brisé. Toutes les bouteilles du bar sur le sol, et les cris, évaporés. Il s'est fait souffler par la surprise Arthur et son corps a fini étalé sur le parquet de la piste de danse. Les mains piétinées par la foule passée, il est légèrement sonné lorsqu'il reprend conscience. Peut être deux minutes à peine après le premier effondrement. Il sait plus bien ce qu'il vient de se passer lorsque ses pupilles retrouvent leur lueur bleutée. Un partie du plafond échoué et les débris étalés sur son échine brisée. Des gouttes de pluie pour le réveiller et Ridley relève enfin la tête. Il cherche du regard, plisse les yeux, encore étourdi par ce qu'il vient de se passer. Un écho raisonne dans son crâne et il ne peut s'empêcher de chercher Alma. Ils étaient en train de se sauver lorsque le premier coup à éclater. Une seconde, puis deux, avant que ses yeux ne trouvent son corps près du sien, consciente, mais visiblement sonner. Sa main qu'il dépose sur son visage et ses genoux qui cherchent à se relever. Il retourne enfin la terre ferme de ses pieds et aide la belle à se relever. Ça va, t'as rien ? Il cherche, touche sa peau pour trouver une quelconque blessures. Mais rien. Elle est saine et sauve et c'est avec soulagement, qu'il reprend contenance. Une respiration plus calme. Le Red Lion n'a plus de visage, pas dévasté pour autant. Mais c'est une autre affaire. Pas de corps sans vie dans son champ de vision, il faut maintenant se trouver un abris. Les coups de vents sonnent encore les murs, pas si solides que ça finalement. Le pas qu'il traine dans les lieux, les bris sous ses chaussures et la main d'Alma qu'il tient dans la sienne, fermement. Il est pas prêt à la lâcher, pas prêt à la laisser. Puis y a des sons de voix qui résonnent dans l'atmosphère chaotique, presque apocalyptique. T'as entendu ? A l'affut, Arthur cherche, Arthur tend les oreilles et c'est la porte de la réserve qui finit par lui venir à l'esprit. Ses doigts qui quittent ceux de la brune et en à peine quelques secondes, il est déjà devant la porte en bois. Y a quelqu'un ?! Qu'il crie, à s'en écorcher la voix. La poignée qu'il cherche à faire céder et de son épaule, la porte qu'il cherche à ouvrir. Mais rien, elle est bloquée, inaccessible. De son poing, il vient effleurer le bois, tape de toutes ses forces. Et les voix reprennent le dessus. Il reconnait sans la moindre hésitation Jane, puis vient MJ, bien plus loin. Son palpitant qui perce sa cage thoracique, la peur qui le prend au ventre. Il force, encore et encore, y met tout ce qu'il a dans les bras. Mais rien, elle ne cède pas. Il est encore sonné Arthur, par ce qu'il vient de se passer. Il ne remarque même pas son visage blessé, sans doute par un débris de verre. Une entaille sur le front et le sang qui coule le long de son nez. Son seul objectif à présent, sortir de cette pièce Jane et MJ. J'peux pas ouvrir, la porte est bloquée ! Vous allez bien là dedans ? Il se veut rassurant, fait oublier aux filles la situation. Mais y a la peur qui perle ses traits, l'adrénaline qui semble s'effriter.



------------------------------------------------------------------


ça aurait dû être une soirée banale au red lion, une soirée comme les autres malgré les festivités à l’extérieur. t’avais rêvé en arrivant il y a un an de découvrir cette fête aux mille lumières, l’atmosphère chaleureuse emplissant les rues, la magie éphémère qui met le temps sur pause dans une ville se remémorant les douleurs du passé et louant les bonheurs à venir. mais pas de repos pour les braves gens. enfin, t’es à peu près certaine que si tu l’avais demandé, arthur t’aurait laissé un jour de congé. mais t’as pas demandé. pas que t’aies pas osé, mais tu ne voulais pas lui faire ça un soir où les clients seraient probablement plus nombreux qu’à l’accoutumée. alors ce soir, comme à chaque fois, t’as revêtu ta tenue de combat. la dentelle noire qui te colle à la peau, le satin qui embrasse tes courbes, les lèvres rouges comme le sang. jane n’était plus, elle avait laissé place à une autre. bambi la belle. bambi la magnifique. bambi la ténébreuse. la soirée ne faisait que commencer, déjà à la recherche de la proie idéale.

t’as pas imaginé une seule seconde la tournure que prendraient les événements. en quelques instants à peine, ta nouvelle maison vole en éclats. tu vois pas ce qui se passe dans la salle principale, t’entends juste les gens hurler, un vacarme assourdissant pendant de longues minutes, puis plus rien. t’es sonnée, à demi-consciente sur le sol de la réserve où t’es entrée avec mj un instant plus tôt pour ta pause, espérant souffler un peu loin des regards lubriques. il ne te faut pas longtemps pour reprendre tes esprits. en même temps, les cris de ton amie pourraient réveiller un mort. tu secoues la tête, tu regardes autour de toi et ton visage se déforme avec horreur. le plafond s’est effondré un peu partout dans la pièce. t’as quelques égratignures ici et là, cadeau des morceaux que tu as reçus sur toi. mais tu ne t’attardes pas sur tes blessures, tu accoures comme tu peux auprès de mj qui semble mal en point. t’as pas encore remarqué que votre seule issue est condamnée, bloquée par une poutre. pour l’instant, seule mj compte. « mj. mj, regarde-moi. est-ce que tu peux bouger ? » tu vois bien qu’elle est coincée sous une étagère, ta question est complètement conne, mais t’es impuissante, tu sais pas quoi lui dire. tu cries à l’aide, t’es prise par un infime espoir que quelqu’un est encore là, vous entendra. « y a quelqu'un ?! » tu lèves les yeux vers la porte de la réserve, t’abandonnes quelques instants mj pour t’approcher tant bien que mal du bout de bois qui vous sépare du reste du red lion. les larmes te montent aux yeux quand tu reconnais la voix de ton patron. « oui arthur, on est là ! on est là avec mj ! » t’essaies en vain de soulever la poutre qui barre ton chemin, mais seule t’y arriveras pas. t’arriveras pas non plus à soulever l’étagère qui écrase mj. t’es perdue, t’es bloquée, la panique s’empare de toi. tu peines à respirer, ta vision se trouble. seule la voix d’arthur te fait garder les pieds sur terre. « j'peux pas ouvrir, la porte est bloquée ! vous allez bien là dedans ? » tu ne retiens plus les larmes, et ta voix se brise quand tu ouvres la bouche pour lui répondre. « mj est coincée sous une étagère, j’peux rien faire, j’peux pas l’aider. y a une poutre qui bloque la porte de la réserve, mais pour ça non plus j’peux rien faire. j'sers à rien, j’suis inutile. » t’es presque prête à baisser les bras, tu sais pas comment cette soirée finira. mais pour l’instant, t’y crois plus trop.


(désolée c'est long, ça sera plus court par la suite mais j'voulais bien mettre jane en situation au début. :littleheart:)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chuu-testeur.forumactif.com
Contenu sponsorisé



jane doe (wyare + murphys) Empty
MessageSujet: Re: jane doe (wyare + murphys)   jane doe (wyare + murphys) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

jane doe (wyare + murphys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chuu - Testeur :: ONCE UPON A TIME :: Apgujung ★-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit